3 jours pour eux, 4 jours pour moi

Depuis des années, je savais quel était l’équilibre de vie que je recherchais. Ce que je recherchais, c’était :

  1. Du temps libre pour moi (famille, cinéma, sorties, cuisine, etc.)
  2. Du temps pour faire de la veille technologique et de l’open-source
  3. Un salaire permettant de vivre
  4. Du temps pour participer à des meetups et conférences
  5. Des missions intéressantes
  6. Une autonomie

Même la plus Great Place To Work des entreprises de conseil en informatique ne saurait répondre à tous ces besoins, même si certaines s’en rapprochent.

Depuis la lecture de The Secrets of Consulting, de Gerald M. Weinberg, je savais que la meilleure manière de s’y prendre était de devenir indépendant.

Le rythme trouvé est donc :

  • Lundi Mardi Mercredi : mission chez un client
  • Jeudi : veille technologique
  • Vendredi : veille commerciale
  • Samedi Dimanche : famille et pas une once de travail

Évidemment, les jours précis de veille diffèrent selon les besoins de notre client, ou de notre calendrier. Il est possible qu’un client ait besoin ponctuellement d’un audit ou d’une formation auquel cas je peux utiliser mes deux jours libres par semaine pour rajouter ici et là des missions d’appoint.

Le jour de veille technologique

  • Cours en ligne
  • Open-Source (contribution et pocs divers)
  • Lecture de livres et d’articles techniques
  • Conférences (en tant qu’audience, speaker, ou rédaction/envoi de CFPs)

Le jour de veille commerciale

Cette partie là est moins fluide, principalement parce que je découvre, l’occupation est donc amenée à évoluer.

  • Rédaction d’articles techniques et/ou sociaux
  • Déjeuner et Café avec des chefs d’entreprise, des devs ou des recruteurs potentiellement intéressés par une mission
  • Administratif, comptabilité
  • Posts divers sur Linkedin (regardez mon talk, lisez mon article, je donne des formations, etc.)

Et accessoirement un peu de ménage à la maison, une longue promenade du chien et du sport.

Parlons pognon

Ce rythme de 3 jours de facturation par semaine permet beaucoup de liberté, comme on l’a vu. Reste qu’on ne se nourrit pas de veille techno, d’articles techniques et d’épanouissement professionnel, il faut aussi gagner de l’argent. Il faut noter qu’une partie des dépenses obligatoires du quotidien peut être transférée en charge à la société (dans mon cas, une SASU).

Qu’est-ce qui peut passer en charge ?

  • Les repas
  • Les frais de matériel nécessaire à l’entreprise (portable, ordi, accessoires)
  • Les livres techniques
  • Les tickets d’entrée aux conférences
  • Les frais d’assurance
  • Une assistance comptable
  • En bref, tout ce qui a un caractère professionnel, tant qu’il y a un justificatif

Le calcul d’une rémunération en dividende se base sur le bénéfice, donc Chiffre d’affaire - Charge.

Calcul du chiffre d’affaire

Je compte travailler 42 semaines par an, 3 jours par semaine, pour 500€ par jour. C’est donc un chiffre d’affaire de 63 000€. A cela se rajouteront les missions ponctuelles et les formations. Je prends la limite basse de l’estimation de mon chiffre d’affaire en considérant que je ne travaillerai que 3 jours par semaine, et que j’aurai 10 semaines de congés.

Notez que j’ai fait le choix de faire une mission de dév logiciel en province, par plaisir et aussi par conviction quasi-sociologique qu’on ne fait pas changer une équipe si on ne rentre pas dedans et qu’on ne fait pas les choses ensemble. Ce chiffre d’affaire serait autrement plus haut si je faisais des missions courtes de devops et des formations. Mais le but ici n’est pas de faire du chiffre comme vous l’avez compris.

Calcul des charges

Le calcul est imprédictible, donc j’arrondis à 1000€ par mois de charge, ce qui m’assure d’avoir au moins 700€ par mois pour m’équiper du meilleur matériel dont j’ai besoin. En réalité je m’attends à avoir moins de charge que ça. Donc 12 000€ de charge par an.

Résultat Net

Le calcul est simple, c’est chiffre d’affaire (CA) moins les charges, donc 51 000€.

Calcul de l’impot sur les entreprises

Il y a deux tranches :

  • un impot à 15% pour les premiers 38 120€ -> 5 718€
  • un impot à 28% sur le reste : donc (51 000 - 38 120) x 28% = 3 606,40€

Donc au total : 9 324,40€ d’impôt sur les entreprises

Il me reste combien ?

51 000 - 9,324,5 = 41 675,60€ de dividendes à distribuer aux actionnaires !

L’impôt sur les dividendes

Effectivement si vous avez bien suivi, je n’ai pas encore payé les impôts sur les prestations sociales, la fameuse taxe sur les dividendes.

Monsieur Macron a créé la flat tax, qui nous offre un taux fixe de 30% sur les dividendes à verser, donc dividendes * (70%) = dividende net : 41 675,6 x 0,7 = 29 172,92€, ramené au mois ça me donne 2 431,08€ mensuel.

Les inconvénients à garder en tête

  • Avec cette solution je ne valide pas mes trimestres de retraite, pour cela il faudrait me verser un salaire équivalent à 500€ par mois que je n’ai pas comptabilisé ici.
  • Il est quasi-impossible d’obtenir un prêt immobilier en étant indépendant, donc il faut obtenir ce premier prêt avant de se lancer dans l’aventure.
  • Il est forcément plus intéressant financièrement de travailler plus pour gagner plus, mais dans mon cas j’ai jugé que la qualité de vie était primordiale, si vous voulez poser moins de vacances, travailler plus, vous pouvez aussi.
  • Il n’est pas possible (à ce que je sache) de se verser de dividendes avant la fin du premier exercice comptable. Il faut donc tenir un an sur vos économies avant de vous verser les dividendes (que vous pouvez si vous le voulez verser ponctuellement).
  • J’ai fait le choix de prendre un comptable pour toutes les démarches qui me coûte 150€ par mois, je ne sais pas si je continuerai mais pour le moment ça me suffit.
  • Il faut se trouver des missions tout seul. Cependant le temps alloué fait qu’on ne reste jamais longtemps sans mission.
  • Chaque jour non facturé est directement déduit de notre recette, donc attention aux accidents et arrêts maladie.
  • La solitude de l’indépendance peut poser problème.
  • Il faut trouver des missions au plus 3 jours par semaine, ça pose problème pour beaucoup de clients.

Conclusion

J’expérimente ce rythme depuis maintenant 3 mois, la qualité de vie est tout simplement adorable. Jusqu’ici tout va bien, la seule raison qui me ferait quitter ce rythme ce serait de rentrer dans une équipe avec d’excellents développeurs qui me ferait progresser plus vite que mon rythme d’aujourd’hui.

Si vous voulez faire des estimations, par exemple “combien vous gagneriez si vous étiez indépendants plutôt que salarié?” je vous ai mis à disposition une feuille GSheets pour ces calculs.

Written on March 4, 2019

Carrière Indépendant